Partager :

La motricité fine désigne la capacité d’un enfant à utiliser ses petites mains et doigts de façon optimale. Ce n’est pas un exercice facile, il faut s’exercer. Et pour s’exercer l’idéal c’est de jouer, construire et déconstruire des choses avec ses petites mains. Voici des informations utiles.

La motricité fine, comme son nom l’indique, est plutôt délicate. Ceci par opposition à la motricité globale que l’enfant développe peu à peu à partir de 6 mois, quand il parvient à se mettre debout, mettre une jambe devant l’autre, marcher, lever ses mains pour s’accrocher à quelque chose, etc.

La motricité fine vient ensuite, l’enfant se met à explorer ses petits mains, comme des outils (très) sophistiqués pour découvrir et expérimenter le monde. Il commence à tenir et à utiliser des stylos, des crayons, dessiner, s’habiller tout seul, tenir des ciseaux et découper, plier, etc.

Ce développement de la motricité fine n’est pas une tâche facile pour l’enfant de deux ou trois ans, ce serait comme apprendre à taper sur un clavier pour un adulte, ou encore maîtriser le tableau de bord d’un avion.

 

Comment y arriver ? Comment accompagner et aider votre enfant ?

En stimulant sa curiosité. C’est l’intérêt que porte l’enfant aux objets dans son environnement qui va lui donner la motivation, l’énergie et surtout la persévérance. Car souvent ce n’est pas facile…ce n’est pas facile de tenir un cube dans sa petite main, ensuite coordonner les muscles de la main avec les informations provenant du champ visuel pour placer ce cube sur d’autres…

 

Développer sa motricité fine requiert énormément de motivation et de concentration de la part de l’enfant.

Voilà pourquoi il est crucial de proposer des jeux et des jouets ciblés, afin de susciter l’intérêt, la motivation, et l’interaction de l’enfant avec son environnement.

Le pire ? …le pire c’est de donner votre smartphone à votre enfant pour l’occuper passivement. On en reparlera. À suivre…

Intéressé? Vous pouvez tous les acheter ici: